L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que trois pays africains notamment le Bénin, le Togo et le Burkina Faso ont signalé des cas récents de fièvre de Lassa. Une situation qui pourrait prédire davantage de flambées dans la région.

Bien que la fièvre de Lassa soit à la fois saisonnière et endémique dans la région, ces cas ont été détectés dans des régions où les populations sont très mobiles. Le 11 février, une mère enceinte a été testée positive au Bénin, et son bébé a ensuite été testé positif au Togo. La mère est décédée le lendemain d’une césarienne, mais le bébé reste dans un état stable. Soixante-huit contacts au Bénin et 29 contacts au Togo ont été liés à ces cas.

Le 26 février, le Ministère de la Santé du Burkina Faso a notifié l’OMS d’un cas de Lassa dans le nord du Togo. Le cas, impliquait  une autre femme enceinte qui est originaire du Burkina Faso. Elle est décédée après une fausse couche , le 3 mars. Le suivi des contacts est en cours, mais au moins 7 contacts au Togo et 135 au Burkina Faso ont été identifiés.

Enfin, le 2 mars, un homme au Togo a été admis dans un hôpital où il a été testé positif pour la fièvre de Lassa. L’homme et ses proches sont traités et interrogés à la maison, et un total de 18 contacts ont été identifiés.

La fièvre de Lassa est transmise aux humains par l’intermédiaire de rongeurs infectés. Elle  est endémique au Nigeria et dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest.

Le ministre togolais de l’environnement, André Johnson, fait interdire la petite chasse concernent principalement les agoutis, les rats, les souris, les porcs-épics, les biches, les lièvres, les chauves-souris et autres, sur l’ensemble du territoire. Ceci pour des mesures de précaution.

La fièvre de Lassa, causée chez les humains par le contact avec les excréments de rongeurs contaminés, se transmet par les fluides corporels tels que le sang, l’urine, la salive ou le sperme.Les personnes touchées présentent des symptômes divers dont la fièvre, la fatigue, des vomissements, des diarrhées, des maux de tête et des douleurs abdominales. Dans sa forme la plus grave, la maladie, si elle n’est pas soignée, peut entraîner la mort.