Pierrette d'Almeida _ Secrétaire générale du GF2D

Le groupe de réflexion et d’action femme démocratie et développement (GF2D) entend pallier la faible représentativité des femmes dans les instances de prise de décision notamment au niveau des partis politiques, et dans les candidatures aux élections. Pour y arriver, le Groupe passe par des formations des femmes de partis politiques.

Un de ces ateliers s’est ouvert ce 14 mars 2017 à Lomé pour ne plus reléguer la femme dans de simples rôles de reproduction. « L’organisation de nos sociétés fait appel à des clichés, à des stéréotypes, à des pratiques qui ont toujours minimisé le rôle de la femme faisant d’elle un être de l’intérieur », a laissé entendre la représentante de la ministre de la promotion de la femme, Akossiwa Otimi qui soutient que la situation ne favorise pas forcément la visibilité  des femmes dans la vie publique.

La secrétaire secrétaire générale adjointe du GF2D, Pierrette d’Almeida dit espérer que le processus de décentralisation dans lequel s’est inscrit le Togo et l’organisation d’élections législatives et municipales, dan le courant de l’année à venir sera une grande opportunité pour les femmes togolaises pour l’affirmation de leur leadership politique.

L’académie de formation des femmes et jeunes filles en leadership politique et leur participation à la décentralisation et au développement local préconise de promouvoir la percée des femmes dans la sphère politique. Elle renforce les capacités des femmes afin qu’elles puissent se positionner comme membres influents au sein de leur communautés.

La série de formations a commencé depuis 2014, avec à ce jour un total de 12 ateliers de formation initiale et de consolidation qui ont vu la participation de plus de 200 femmes provenant des partis politiques et des organisations de la société civile. Ceci avec l’appui de la Fondation Hans Seidel.