Les résultats de l’enquête menée par Afrobaromètre ont été rendus publics 26 juin à Lomé. Cette enquête portait sur la confiance interpersonnelle et la participation citoyenne au Togo. Il ressort de cette enquête que les Togolais se méfient les uns des autres et qu’ils s’engagent très peu.

Les résultats de l’enquête sur la Confiance interpersonnelle au Togo indiquent d’après le CROP qu’environ 8 Togolais sur 10 vivent dans la méfiance de l’autre. En fait, 79% des Togolais déclarent qu’il faudrait être très méfiant dans les relations avec les gens. La méfiance peut être une entrave au développement. Elle peut particulièrement affecter le secteur privé puisque la plupart des grandes initiatives nécessitent que les gens travaillent ensembles même s’ils ne se connaissent pas avant.

Le Directeur du Centre de recherche et de rondage d’opinions (CROP), Moussa  Blimpo a indiqué que malgré les 21% de la population rurale qui font confiance aux autres, comparativement à seulement 12% en milieu urbain, la méfiance reste aussi prononcée dans le monde rural avec 75% de citoyen de ce milieu qui pensent qu’il faille être méfiant.

Aussi, 31% des Togolais déclarent ne pas du tout faire confiance à la justice d’après les résultats d’Afrobarometre. S’agissant de la politique, très peu des Togolais font suffisamment confiance aux partis politiques, qu’ils soient du pouvoir (16%) ou de l’opposition (13%). Le même faible taux de confiance est constaté qu’il s’agisse de la CENI (11%), ou de l’Assemblée nationale (18%).
S’agissant de la “Participation citoyenne et politique au Togo”, 30% de la population togolaise se dit “pas du tout intéressée par les affaires publiques”. Ce désintérêt n’est pas sans lien avec le manque de contact des politiques avec la réalité des différentes couches de la société. Seulement 26% des Togolais se disent très intéressés par les affaires publiques.

L’enquête souligne que les populations parlent moins de politique que dans bien d’autres pays africain. Même entre amis et famille, près de la moitié des Togolais ne parlent jamais des questions publiques, selon l’enquête.
Rappelons qu’Afrobarometre est un réseau de chercheurs africains indépendants.  Elles ont été coordonnés au Togo par l’équipe de recherche et de sondage d’Opinions (CROP).