Immeuble abritant le ministère de l'économie et des finances

La Banque mondiale a approuvé un appui de 15 millions de dollars pour aider le Togo à relever les défis cruciaux de la gouvernance économique et de la gestion des finances publiques.

Ces fonds devront également permettre d’améliorer la gestion des investissements publics, la mobilisation des recettes intérieures et la responsabilisation publique ainsi que les mécanismes de suivi pour améliorer les services dans les secteurs prioritaires de l’éducation, de la santé et de l’eau.

«Malgré les efforts du gouvernement, le Togo continue de souffrir de la persistance des résultats de la prestation des services publics, résultant en partie de mécanismes de responsabilité inadéquats, avec des conséquences pour le bien-être sociétal et l’égalité des chances pour les citoyens. Le nouveau projet vise à améliorer l’efficacité du gouvernement et l’engagement des citoyens en améliorant la gestion des investissements publics, la perception des impôts et en renforçant l’engagement des citoyens dans le processus budgétaire et la prestation des services “, a déclaré Pierre Laporte, directeur Togo de la Banque mondiale.

Le nouveau projet devra aider à renforcer les méthodologies de coordination et d’évaluation interministérielles nécessaires pour améliorer l’alignement entre la planification des investissements publics et les estimations de recettes, améliorer la qualité des projets d’investissement public prioritaires et renforcer les mécanismes de gestion des contrats et de suivi-évaluation aux niveaux sectoriel et gouvernemental.

A termes, ce projet devra aider à renforcer les capacités en matière de formulation de la politique fiscale et renforcera la capacité opérationnelle de l’Office togolais des recettes (OTR) pour améliorer la conformité des contribuables et élargir l’assiette fiscale.

L’un des aspects importants du Projet est la participation des organisations de la société civile pour aider à accroître la responsabilisation publique et l’engagement des citoyens dans le processus de préparation et d’exécution du budget et les commentaires des citoyens sur la qualité et l’accessibilité des services publics dans les secteurs prioritaires de l’éducation primaire et maternelle.