(AP Photo/Abdeljalil Bounhar)

La Banque africaine de développement (BAD) s’engage encore plus dans les énergies renouvelables sur le continent. Et ceci, ensemble avec l’Agence marocaine pour l’énergie renouvelable (MASEN) avec qui une lettre de coopération  «Desert to Power » a été signée le mercredi 7 novembre 2018  à Johannesburg, en Afrique du Sud.

« Il s’agit d’un partenariat stratégique, qui conjugue leadership et expertise technique. Ensemble, nous allons accélérer les efforts pour électrifier l’Afrique », a déclaré Akinwumi Ayodeji Adesina, président de la BAD. Pour y parvenir, la coopération compte miser sur le savoir-faire de la MASEN dans le développement de projets d’énergies renouvelables et l’expérience opérationnelle de la BAD dans ce secteur car dit-il « le Maroc est un exemple dans les énergies renouvelables ».

L’initiative est d’appuyer les pays africains en particulier ceux de la région du Sahel ciblés par le programme  « Desert to Power » dans le développement des technologies d’énergies renouvelables les plus adaptées à leurs conditions naturelles et à leurs besoins énergétiques spécifiques.

A en croire Mustapha Bakkoury, président de MASEN, partager l’expérience qu’a développé MASEN et enclencher une dynamique de développement compétitif des énergies renouvelables à l’échelle du continent africain, c’est le lieu de faire des énergies renouvelables un véritable levier de croissance inclusive.

En outre, avec un total de plus d’un milliard de dollars d’engagements, les projets de production d’électricité à partir de sources renouvelables à savoir l’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique concentrent 80 %  du portefeuille de la BAD dans le secteur de l’énergie au Royaume.