Tiémoko Meyliet Koné, gouverneur de la BCEAO

Le bitcoin, cette monnaie électronique n’est pas dans les bonnes grâces de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Le gouverneur de la banque, Tiémoko Meyliet Koné s’est montré réfractaire à la “nouvelle donne” qui selon lui, n’a aucune “responsabilité”.

« Comme toutes les banques centrales, nous sommes contre (le bitcoin) parce que ce n’est pas une monnaie qui a une responsabilité. Personne n’est responsable. Ça se joue sur le net et sur les réseaux, et personne ne peut dire qu’elle est responsable », a dit le Gouverneur de la BCEAO au cours d’une rencontre de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI, patronat).

« Nous n’avons pas communiqué là-dessus parce que nous ne l’avons pas admis. Certains pays l’ont admis, mais nous ne l’avons pas fait », a-t-il renchéri  martelant que le “bitcoin” est une monnaie à ‘’risque’’.

Cette faiblesse indexée sur la monnaie électronique amène les premiers responsables à ne pas se mettre dans une posture et prétendre le recommander aux consommateurs.

Le bitcoin est une monnaie électronique, c’est-à-dire pas de billets ni de pièces émises, et ne dépend pas d’un organe tel qu’une banque centrale. Le bitcoin repose sur un réseau informatique de pair à pair (P2P) où chacun des utilisateurs joue le rôle à la fois de serveur et de client.

La communauté du bitcoin estime que près de cinq millions de personnes l’utiliseront d’ici à 2019.