C’est enfin officiel ! Les informations ventilées par des médias locaux depuis quelques mois dans le pays sont enfin révélées. Le nouveau ministre de l’Énergie, Mmamoloko Kubayi, a admis que l’Afrique du Sud a vendu une grande partie de son stock de carburant stratégique l’an dernier, en contradiction avec son prédécesseur, Tina Joemat-Pettersson.

Le ministre Kubayi a déclaré mardi au comité du portefeuille du Parlement sur l’énergie que la vente du pétrole à une entreprise étrangère au prix fondamental de 29 dollars le baril était en effet une vente et non une simple rotation du stock pétrolier, comme Joemat-Pettersson l’avait toujours prétendu.

Kubayi n’a donné aucune indication sur le niveau de réserve de pétrole stratégique restant. Le pays avait 15 millions de barils de pétrole en réserve.

Le député de l’Alliance démocratique (AD), Gordon Mackay, a immédiatement déclaré que le parlement avait été induit en erreur et que les responsables devaient être licenciés. “C’est une parodie absolue. Il vient après des mois de déni par le sous-ministre, qui est encore dans son poste, et le ministre précédent”.

“Le Parlement a été délibérément induit en erreur. Les chefs doivent rouler au service de l’énergie”, a déclaré Mackay, qui a parfois mené une croisade solitaire pour découvrir la vérité.

Kubayi a indiqué vouloir être un nouveau balai qui nettoie, disant que la transparence et la responsabilité seraient ses mots d’ordre.