La balance commerciale de la Tunisie est très déficitaire et risque d’avoir des répercussions sur les populations. Une mission du Fonds monétaire international (FMI) vient de boucler des travaux dans la capitale et, déjà, il est annoncé une nouvelle tranche de prêt.

Dans un communiqué, le FMI a indiqué que la mission et les autorités tunisiennes s’étaient entendues sur les modalités de la poursuite du programme de réformes décidé en mai dernier et portant sur un prêt d’un total de 2,9 milliards de dollars. Sur cette somme, 638,5 millions de dollars auront été versés avec ce nouveau déboursement.

Les conclusions de la mission doivent à présent être approuvées par le conseil d’administration du FMI qui suit quasi-systématiquement les recommandations de ses équipes.

Six ans après la chute de la dictature, la Tunisie ne parvient pas à faire redémarrer son économie. Tunis avait confirmé en février que le versement de la deuxième tranche d’aide avait été reporté en raison du retard pris dans la mise en œuvre des réformes.

En Tunisie, “le pourcentage de la masse salariale dans le PIB total est maintenant l’un de plus importants au monde et la dette publique a encore augmenté à 63% du PIB à la fin 2016 alors que l’inflation de base a augmenté” souligne la mission dans ses conclusions. “La croissance en 2017 devait doubler à 2,3% mais cela restera trop bas pour réduire sensiblement le chômage, surtout dans les régions de l’intérieur du pays et parmi les jeunes.”