Rwandan President Paul Kagame speaks at the opening of the Ordinary Session of the Assembly of Heads of State and Government during the 30th annual African Union summit in Addis Ababa on January 28, 2018. / AFP / SIMON MAINA

Le marché unique africain du transport aérien (SAATM) est en route. Il a été officiellement lancé dimanche 28 Janvier 2018 par le nouveau président de l’Union africaine Paul Kagamé, président du Rwanda, lors de l’ouverture de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement du 30e Sommet de l’UA, à Addis-Abeba.

Le SAATM est le premier projet phare de l’Agenda 2063 de l’UA et vise à créer un marché unique et unifié du transport aérien sur le continent, à libéraliser l’aviation civile et à faire avancer le programme d’intégration économique de l’Afrique.

Amani Abou-Zeid, la commissaire de l’UA chargée des Infrastructures et de l’Energie, a souligné que l’industrie aéronautique générait huit millions d’emplois.

“Le lancement du marché unique va stimuler les opportunités de promotion du commerce, les investissements transfrontaliers dans les industries de production et de services, y compris le tourisme, aboutissant ainsi à la création de 300.000 emplois directs supplémentaires et deux millions d’emplois indirects, une contribution importante à l’intégration et à la croissance socio-économique du continent”, a-t-elle déclaré.

Aujourd’hui, 80% du trafic aérien en Afrique est assuré par des compagnies aériennes non-africaines. Quant aux compagnies aériennes continentales, elles ont une part de marché de moins de 3% du trafic aérien mondial bien que le continent représente plus de 17% de la population mondiale.

En 1999, la Déclaration de Yamoussoukro a été adoptée pour permettre une libéralisation complète de l’accès au marché entre les Etats africains, le libre exercice des droits de trafic, l’élimination des restrictions à la propriété et la libéralisation complète des fréquences, tarifs et capacités. Il s’agit de la plus importante initiative de réforme jamais lancée par les gouvernements africains dans le domaine du transport aérien, mais sa mise en oeuvre a connu des difficultés.

Deux décennies plus tard, le SAATM marque une étape importante.

Pour l’instant, 23 membres de l’UA sur 55 ont d’ores et déjà souscrit au marché unique du transport aérien africain, alors que 44 membres sont signataires de la Déclaration de Yamoussoukro.

Le SAATM devrait directement profiter aux grandes compagnies aériennes africaines comme Ethiopian Airlines et Kenya Airways.