Sani Yaya, Ministre togolais de l'économie et des finances

Le Togo cherche plus de 4.600 milliards de Francs Cfa. C’est au bénéfice du nouveau Plan national de développement (PND) pour transformer structurellement l’économie du pays pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive et créatrice d’emplois.

Entre  2018 et 2022, le Togo va amorcer des transformations économiques profondes, notamment la modernisation de ses infrastructures, apprend-t-on du gouvernement togolais.

Ce plan quinquennal s’articule autour de trois principaux piliers. D’abord, permettre d’ériger le Togo comme un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région ouest africaine. Ensuite, le PND vise à développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives. Enfin, cette stratégie de développement, va consolider, à en croire ses concepteurs, le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion.

L’objectif final du PND est de créer massivement d’emplois et de la richesse, tout en augmentant les actions du gouvernement au profit des populations les plus vulnérables.

En terme de financements, le secteur privé devrait y participer à hauteur 65% et les 35% restant vont constituer des dépenses d’investissement public.

Avec la mise en œuvre de ce plan quinquennal, le Togo espère porter sa croissance économique à 6,6% en moyenne par an. Une progression de l’activité économique est attendue à 7,6% en 2022.

Le PND vient donc remplacer la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE), qui elle même a succédé au Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP).