Nana Akufo Addo, président du Ghana

Le ministère ghanéen du commerce et de l’industrie a sollicité auprès du Fonds international de développement agricole (FIDA), un prêt de 40 millions de dollars. Pendant ce temps le président Nana Akufo-Addo tourne le dos au Fond monétaire international (FMI).

L’enveloppe sollicitée auprès du FIDA va soutenir la mise en œuvre du Programme d’entreprise rurales (REP). Pour le ministère, les 40 millions de dollars vont servir à financier, 36 000 entreprises rurales du pays. Ces dernières vont bénéficier de facilités de crédit, ce qui va engendrer la création de 50 000 nouveaux emplois au profit des jeunes et des femmes.

Le REP entend donc mettre sur pied, d’ici à trois ans, près de 45 000 entreprises afin de booster le secteur de l’emploi et soutenir la croissance économique du Ghana.

Au même moment, le Ghana compte tout mettre en œuvre pour éviter une reconduction de la facilité élargie de crédit du FMI. Le gouvernement travaille assidument pour construire une économie forte et résiliente, afin d’éviter une reconduction dudit programme de l’institution monétaire, a indiqué le président Ghanéen, Nana Akufo-Addo, le 12 août 2018.

On se rappelle en février dernier devant des parlementaires, le chef de l’état ghanéen a exprimé son intention de tourner le dos à ce “programme aide” du FMI et de passer à autre chose. “Nous sommes déterminés à mettre en place des mesures pour assurer l’irréversibilité et maintenir la stabilité macroéconomique, afin que nous n’ayons aucune raison de demander à nouveau l’assistance de cette puissante organisation mondiale“, avait-il déclaré.

Notons que le Ghana est la 11ème économie d’Afrique, selon une étude publiée en juin 2018 par la Databank Reseach.