350 migrants et réfugiés ont perdu leur vie depuis le début de l’année 2019, selon l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM).

Selon Joël Milman, porte-parole de l’OIM ces décès subviennent quand ces personnes tentent d’émigrer vers le golfe d’Aden, la frontière Colombie-Panama, la frontière Etats-Unis-Mexique et dans les Caraïbes. La plus grande proportion de décès a été notée en méditerranée, qui est traversée par trois voies notamment du Maroc vers l’Espagne, de la Lybie vers l’Italie et de la Turquie vers la Grèce. A ce jour, l’OIM dit avoir recensé 208 décès depuis le début de l’année 2019.

Pour cette Organisation, le nombre de victime reste important mais le nombre d’arrivées de migrants  et de refugiés sur les côtes européennes a diminué.

Durant les 34 premiers jours de l’année 2019, 6413 migrants et réfugiés sont entrés en Europe par voie maritime soit une légère baisse par rapport aux 7499 personnes enregistrées en 2018.

En 2018, plus de 150 personnes seraient noyées en tentant  d’atteindre le Yémen. Selon l’OIM, la surcharge des bateaux et le débarquement forcé en eaux profondes, semble expliquer  la hausse de décès le long de cet itinéraire.

La plus grande perte en vie humaine a été enregistrée en juin 2018 lorsque 62 personnes se sont noyées au large des côtes du Yemen.