Le gouvernement ivoirien a entamé des pourparlers pour la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). Ceci, pour mieux préparer disent-ils, les élections présidentielles de 2020.

Il s’agit selon le gouvernement de trouver un terrain d’entente afin d’éviter d’éventuel conflit lors des prochaines élections. « Une fois que l’on se sera mis d’accord sur la structure, au niveau donc des hommes qui représentent les différentes sensibilités politiques, c’est à ce niveau-là qu’il pourrait y avoir quelques changements ici ou là», a dit Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre ivoirien. « Mais la structure elle-même de la CEI est, aujourd’hui, une structure qui permet d’avoir la représentation de l’ensemble des forces politiques qu’elles soient de l’opposition ou de la majorité dans notre pays », a-t-il ajouté.

Au total 17 membres sont attendus à cette rencontre dont 4 représentants des autorités, 1 magistrat désigné par le Conseil supérieur de la magistrature, 4 représentants de la Société civile, 4 représentants des partis au pouvoir et 4 de l’opposition.

L’actuelle CEI ivoirienne est mise en place en 2001 et a fait l’objet de discussions et d’un consensus en 2013 et 2014.