Le président élu de la République démocratique du Congo (RDC) à l’issue des élections du 30 décembre dernier est Félix Tshisekedi. C’est le résumé de l’arrêt de la cour constitutionnelle rendu le 19 janvier 2019. Devant une telle décision émanant d’une institution de telle envergure, la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), n’a trouvé mieux que de féliciter le président élu. Dans un communiqué signé de son président le Namibien Hage Geingob, la SADC invite le peuple Congolais à “accepter les résultats des urnes afin de consolider la démocratie“.

Une position de la SADC derrière laquelle se rangent les présidents John Magufuli de la Tanzanie, Pierre Nkurunziza du Burundi et Uhuru Kenyatta du Kenya. Ce dernier se dit impatient de travailler avec le nouveau président de la RDC. “Je suis impatient de travailler avec vous pour renforcer et approfondir les relations cordiales de longue date entre nos deux pays“, a dit Uhuru Kenyatta s’adressant à Félix Tshisekedi. L’Afrique du sud, elle, demande à toutes les parties d’accepter la victoire de M. Tshisekedi.

Pendant ce temps, l’Union africaine (UA) dit prendre note de l’arrêt de la cour constitutionnelle de la RDC et reporte sa mission dans le pays, prévue pour ce 21 janvier 2019. Le président en exercice de l’UA, le Rwandais Paul Kagame a renoncé à jouer les intermédiaires dans les tensions post-électorales en RDC.

Notons que dans la journée du 20 janvier, L’opposant Martin Fayulu s’est déclaré “seul président légitime“, revendiquant la victoire avec 60% des voix. “Dès lors, je demande au peuple congolais de ne pas reconnaître tout individu qui se prévaudrait illégitimement de cette qualité, ni obéir aux ordres qui émaneraient de lui“, a-t-il déclaré.