Samuel Gnahoui, Porte-parole du personnel de LCF-City FM

«  Nous, nous n’allons plus marcher », c’est en ces termes que Samuel Gnahoui, a exprimé la désolidarisation du personnel du groupe sud média des manifestations de rue, organisées par la société civile.

Le porte-parole du personnel de LCF-City Fm, a indiqué que le personnel préfère des discussions de couloir aux marches et autres manifestations. Dans ce sens la médiatrice de la république, Awa Nana a été saisi par le personnel. « J’ai rencontré personnellement Awa Nana qui a promis s’occuper de notre dossier », a laissé entendre Samuel Gnahoui.

Lors d’un point de presse ce vendredi 17 février 2017 devant les locaux de la télévision LCF et la Radio City FM, le personnel a, une fois de plus, interpellé le président de la république Faure Gnassingbé afin que ce dernier s’investisse pour la réouverture de ces deux organes.

Le personnel a, par ailleurs, dénoncé des récupérations politiques de l’affaire et des propos haineux qui ont cours depuis la notification du retrait des fréquences le 06 février dernier.

Contacter par la rédaction de Africa rendez-vous, Emmanuel Sogadji, du collectif des organisations pour le réouverture de LFC-City FM, dit ne pas être au courant de la décision du personnel de ne plus s’inscrire dans la dynamique de la marche. «Le collectif va se réunir dans la journée et voir qu’elle attitude adopter», a déclaré Emmanuel Sogadji, président de la Ligue togolaise des consommateurs (LCT), membre des OSC qui ont appelé à la manifestation.

Pour rappel, des manifestations sont prévues les 21, 22 et 23 février prochains.