La position de l’aigle, cela ne vous dit rien ? Elle fait probablement partie de ces positions du Kamasutra que vous pratiquez déjà sans le savoir. Particulièrement propice à l’intimité et à la tendresse, elle incite à faire l’amour en douceur.

L’un des atouts de cette position câline, c’est qu’elle n’est pas très compliquée à mettre en pratique. Encore faut-il y penser. Quoiqu’il arrive, il y a un savoir-faire à maîtriser pour en jouir à 100%. Voici quelques conseils prodigués par Nathalie Giraud, sexothérapeute.

Deux corps allongés sur le côté en face à face
Commencez d’abord par vous allonger sur le côté, l’un en face de l’autre : la femme met ses bras autour du cou de son partenaire et l’attrape aussi à la taille avec ses cuisses. Vous voilà collés-serrés, c’est l’idéal pour une lente pénétration (même si les choses peuvent rapidement s’accélérer).

« Les jambes de la femme sont remontées afin de les passer autour de la taille et des fesses de son partenaire. Du coup, c’est l’homme qui est installé entre les jambes de sa partenaire. Il a lui aussi légèrement remonté ses genoux de façon à prendre appui dessus afin de faciliter la pénétration »

La position de l’aigle favorise l’intimité
Les corps étant très rapprochés l’un de l’autre, la position favorise l’intimité, et donc le slow sexe. « Le tout avec un maximum de contact peau à peau, le souffle mêlé, les lèvres qui se touchent pour des baisers profonds et langoureux », décrit Nathalie Giraud qui recommande la position pour les adeptes de pénétration lente et profonde.

« La femme ayant les jambes repliées, cela permet une pénétration profonde et donc une belle opportunité pour activer le périnée chez l’homme et chez la femme. »

Une position réconfortante
Concrètement, c’est un jeu donnant-donnant. On s’explique : la partenaire contracte son vagin autour du pénis de son compagnon qui lui répond en contractant à son tour son sexe et son périnée. Oui, les hommes aussi en ont un ! Il s’agit précisément de la zone entre l’anus et les testicules qui permet de faire bouger le pénis en le remontant légèrement. Bref, pour les préliminaires ou pour calmer le jeu, se prendre pour un aigle, c’est l’idéal.

À noter : comme il y a peu de possibilités de bouger de part et d’autre, mieux vaut avoir du temps pour prendre son temps… et ne pas être claustrophobes. Si vous avez besoin de gros câlins ou de réconfort, c’est peut-être le moment de l’essayer.

Source: Santé magazine