Image utilisée juste à titre d'illustration

Le couvre-feu est de nouveau réinstauré dans la région de l’extrême nord du Cameroun. Ainsi en ont décidé les autorités du pays pour disent-ils, mieux lutter contre le groupe Boko Haram.

Le couvre-feu est de retour à partir de 20h, heure locale dans cette localité qui connait depuis quelque temps un regain d’attaques suicides, de prises d’otages ainsi que des incursions armées de la secte terroriste nigériane Boko Haram.

Dans un communiqué, le préfet du Diamaré à Maroua, Ernest Samuel Ebelle, annonce «des contrôles d’une intensité particulière en vue du respect scrupuleux de la réglementation de crise prescrivant l’interdiction de la circulation des motos-taxis à partir de 20h et la fermeture systématique des débits de boisson ainsi que des locaux à exploitation commerciale à la même heure vont s’intensifier dès ce jour».

Cette décision prise à l’issue d’une réunion de sécurité entre les responsables administratifs de la région institue également des patrouilles de la police, de la gendarmerie et des militaires une fois la nuit tombée.

D’après des témoignages concordants, le regain d’attaques et des incursions en territoire camerounais des terroristes a crée une psychose parmi la population, où plusieurs sources rapportent que « plusieurs jeunes filles portant des charges explosives en provenance du Nigéria auraient traversé la frontière et seraient actuellement en divagation dans certaines villes de l’Extrême-Nord ».