La France, par l’entremise de son ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a contesté les résultats provisoires proclamés en République démocratique du Congo, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

« Il semble que les résultats ayant proclamé Monsieur Tshisekedi vainqueur, ne soient pas conformes aux résultats qu’on a pu constater ici ou là », a mentionné Jean-Yves. Pour lui, il faut garder d’abord le calme, éviter les résultats et ensuite que la clarté soit faite sur ces résultats.

Le ministre des français des affaires étrangères n’est pas le seul à faire cette contestation. Le candidat de la coalition, Martin Fayulu Madidi, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) n’approuvent pas eux aussi, les résultats de l’élection présidentielle en RDC. Ils les qualifient de vol électoral non conforme au choix du peuple congolais.

« Nous prenons acte de la publication des résultats par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), mais les résultats publiés ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation électorale », a déclaré l’Abbé Donatien N’shole, secrétaire général de la CENCO lors d’une conférence de presse le 10 janvier à Kinshasa.

De ce fait, CENCO a demandé  aux candidats donnés pour perdants de recourir aux voies légales pour contester, s’ils le désirent.

Pour la CENI, c’est Félix Tshisekedi, chef du parti l’union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui remporte provisoirement la victoire à l’élection présidentielle avec un pourcentage de 38,57% sur un taux de participation de 47,56%.