Pour la deuxième fois, l’équipe du Centre de recherches et de sondage d’opinions (CROP) a publié les sondages Afrobaromètre. L’un des grands résultats est que de l’avis des Togolais, le Togo est démocratie à problèmes. La présentation s’est déroulée au cours d’une conférence débat le 1er juin dernier à L’Université de Lomé en présence d’hommes de médias, de leaders de partis politiques, de représentants d’administrations publiques et bien entendu d’étudiants.

Selon les résultats publiés par le CROP, 64% des Togolais ont avoué que le Togo vit une démocratie avec des problèmes. C’est le fruit d’un sondage réalisé au Togo du 17 au 29 décembre 2012 et réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1200 adultes Togolais. Les travaux ne se sont pas limités milieu urbain mais aussi en milieu rural.

A en croire, Dr Moussa Blimpo ; 32% des Togolais assimilent la démocratie à la liberté d’expression quand pour 32%, la démocratie équivaut à la liberté de choisir ses dirigeants. Aussi a-t-il précisé que seul 1 togolais sur 10 considère que le Togo est une pleine démocratie quand 2 sur 10 pensent que le pays n’est pas du tout une démocratie.

Le sondage qui s’est reposé sur le thème central « Institutions et valeurs démocratiques » a également permis de relever qu’en milieu rural, 16% des Togolais estiment que le gouvernement réduit le fossé entre les riches et les pauvres. Une chose est aussi fondamentale aves les résultats des sondages Afrobaromètre, les Togolais n’adhèrent pas au régime d’un parti unique, ni à celui d’homme fort, ou encore aux régimes militaires. En revanche, ils sont dans leur majorité, unanimes à réclamer des médias à investiguer et exposer les mauvaises pratiques du gouvernement.

Avec l’échantillon des Togolais, seulement 17% pensent que le peuple arrive à choisir vraiment ses dirigeants à travers des élections justes et équitables.

L’autre point essentiel à retenir de ce sondage est que 71% des Togolais émettent le souhait de voir les partis politiques de l’opposition manger à la même écuelle que le parti au pouvoir. Pour cette frange de la population, cela devrait contribuer à développer le pays contre une alternative qui consiste à « examiner et critiquer l’action du gouvernement ».

Sur ce dernier point Jean Kissi du Comité d’action pour le renouveau (CAR) estime que ça se comprend mais à première vue on serait étonné parce-que les populations ont l’habitude de sanctionner ceux qui collaborent un peu avec le pouvoir. « En réalité, nous aussi quand nous allons vers les populations, elles demandent que les politiques s’entendent pour régler la crise », a-t-il confié et de renchérir que « Cette entente n’est pas forcément une entrée au gouvernement mais à travers des accords, entre les institutions, ou à l’Assemblée nationale ». Pour lui, les perceptions que les populations ont sur la démocratie ont un impact sur le développement

Selon les responsables du CROP, Afrobaromètre est un réseau de chercheurs africains qui se veut indépendants et non partisans menant des enquêtes comparatives sur les opinions des Africains.