Au moins trois (3) morts par balles, dont un mineur de 17 ans, c’est le bilan provisoire établit par la Coalition des 14 partis de l’opposition en marge des manifestation de contre-campagne électorale auxquelles elle a appelé. le gouvernement lui parle de un mort.

Du côté de l’opposition regroupée au sein de la C14, il s’agit de trois morts dont un mineur de 17 ans. Moufidou, selon les premiers responsables de la C14, a été tué à bout portant par un corps habillé, dans le canton de Togblékopé, à la sortie Nord de la capitale.

La C14 annonce aussi deux autres décès dans la préfecture d’Agoè.

Faux! rétorque le ministre de la sécurité, Général Yark Damehane qui ne confirme que la mort du mineur. Le jeune Moufidou, selon ses explications données à nos confrères de l’Agence France presse, serait tué par par balle par des individus à bord d’un véhicule 4X4, sans plaque. “Des recherches sont actuellement en cours pour retrouver le véhicule et les auteurs”, a-t-il confié à nos confrères d’AFP.

A plusieurs endroits de la capitale, des barrières de contrôle militaire érigées ont été enlevées mais les militaires, armes et gourdins aux poings étaient encore perceptibles dans des coins de rue.

A l’intérieur du pays, dans des villes comme Sokodé, Mango, Bafilo, Tchamba, Kpalimé, des heurts ont éclaté entre forces de sécurité et civils avec son cortège de blessés et d’arrestations.

Le gouvernement avait interdit la contre-campagne électorale programmée par la C14 pour dénoncer un scrutin unilatéral dont ne sont en course que le parti présidentiel et quelques petits partis politiques.