Kafui Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la C14

La Coalition des 14 partis de l’opposition ne se sent visiblement pas dérangée par la convocation du corps électoral. Dans les couloirs de ce regroupement, il ressort que les responsables veulent, désormais qu’ils ont leurs pieds à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), remettre tout le processus à plat.

Le compteur sera remis à zéro“, nous a confié un des leaders pour qui, l’heure n’est certes pas à la jubilation mais, que des actions sont en cours pour bloque “le gouvernement et sa commission dans leur élan“.

Pour lui, il est évident que la feuille de route proposée le 31 juillet 2018 par les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO soit respectée dans sa globalité.Et, pour ces hommes qui veulent encore battre les pavés, l’épineux problème de la présidence de ladite institution doit faire objet de consensus entre l’opposition et le parti au pouvoir.

En l’absence d’un chronogramme pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles, point besoin de rêver élections“, nous confie-t-on sur un air de sérieux.

Déjà la machine est en marche pour l’organisation des législatives le 20 décembre 2018. Le gouvernement qui voulait parler à la presse, s’est ravisé in extrémis.