Des Togolais dans les rues le 6 Septembre 2017

Le 52ème sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest qui s’est finalement tenu à Abuja au Nigéria, au lieu de Lomé, s’est penché entre autres sur la crise sociopolitique que traverse le Togo depuis Août 2017. Les Chefs d’Etat renvoient les acteurs politiques togolais au dialogue.

Les chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao ont appelé les acteurs politiques togolais « à s’engager pleinement et dans les plus brefs délais, dans un dialogue inclusif pour parvenir à la mise en œuvre des réformes politiques ». C’est en substance, l’appel lancé en direction du Togo par les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO.

Selon des informations parvenues à la direction d’Africa rendez-vous, la promesse d’ouverture des discussions politiques promises par Lomé2 devra être actée dans les prochains jours.

Pendant que les Chefs d’Etat et de gouvernements se réunissaient à Abuja, des togolais ont encore battu le pavé à Lomé et dans plusieurs villes de la capitale, pour réclamer des réformes institutionnelles et constitutionnelles.

Brigitte Kafui Adjamagbo-Jonhson, coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques,  qui parle d’un million de Togolais dans les rues le 15 décembre dernier, a souligné que l’actuel Chef de l’État, Faure Gnassingbé ne peut plus gouverner le Togo

Depuis le début de cette crise, la CEDEAO a toujours appelé les différentes parties au dialogue. Les présidents Alpha Condé et Nana Akuffo Ado ont envoyé leurs émissaires pour jouer à la médiation.