Jean-Pierre Fabre, Chef de file de l'opposition_ Mai 2015

La session extraordinaire reportée sur ce 13 Septembre connait une nouvelle tournure. L’opposition togolaise, dans son entièreté demande le retrait de sa proposition de loi qu’elle avait introduit et campe sur le retour de la Constitution de 1992.

A en croire Jean Eklou, président de la jeunesse de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), cette décision de l’opposition est motivée par l’exigence du peuple togolais de retourner à la Constitution de 1992 qui a prévu des garanties institutionnelles. “Tous les députés, de manière commune demandent au président de l’Assemblée nationale, conformément à l’article 83 du règlement de l’Assemblée nationale, de retirer purement et simplement, la proposition de loi, modifiant les articles 38, 52, 59, 60 62, 100, 101, 144 et 145 de la Constitution du 14 Octobre 1992“, a-t-il confié à la rédaction d’Africa rendez-vous.

Ceci, dit-il, s’explique par la volonté clairement exprimée par les populations togolaises, massivement mobilisées sur toute l’étendue du territoire national depuis août 2017.

“Aujourd’hui, les Togolais ne demandent que la Constitution dans sa forme originelle telle que adoptée par eux-mêmes à plus de 95% lors du référendum de Septembre 1992”, a-t-il renchéri.

La veille, la session extraordinaire prévue pour débattre du budget de l’Assemblée nationale a été ajournée sur le 13 Septembre. Le président de l’Assemblée nationale a informé la plénière de la position des députés ANC ADDI du projet d’amendement introduit le 29 Juin 2016.