Monseigneur Philippe Fanoko Kpodzro

Les Togolais ne se lassent pas d’appeler au report des législatives même si la campagne suit son cours avec le parti présidentiel et quelques petits autres partis se réclamant de l’opposition. Mardi 11 décembre 2018, l’Archevêque émérite de Lomé, Monseigneur Philippe Fanoko Kpodzro est lui aussi monté au créneau, cette fois-ci, interpellant directement, le locataire de la Présidence.

« Cher fils (Ndlr, Faure Gnassingbé), avec tout le respect que je vous dois, la meilleure solution que je propose est d’accueillir l’alternance politique comme une réalité normale et salutaire pour toute la nation. Tu auras le mérite d’avoir sauvé le peuple togolais de la grande violence aux conséquences indescriptibles», c’est par ces propos que l’Archevêque émérite de Lomé, s’est adressé au Chef de l’Etat togolais. Ainsi pense-t-il toucher le cœur du numéro1 Togolais pour le report des élections car dit-il, il n’est pas trop tard de bien faire. «Je t’encourage à aller dans ce sens pour le bien de nous tous », a-t-il conseillé.

« Cher fils, que j’aime, laisse-moi te dire que tu as aujourd’hui la grâce de présider aux destinées du peuple togolais. Je veux te demander humblement au nom de Dieu, en tout humilité d’user pour les reformes de toutes tes prérogatives pour proposer un nouveau calendrier réaliste et consensuel en vue des élections législatives », a insisté Monseigneur et de souligner que la date du 20 décembre 2018, ne saurait s’imposer par qui que ce soit comme une date fétiche au détriment du bien commun et de l’intérêt supérieur de la nation togolaise

Pour le prélat, les violences électorales de 2005 sont encore vivaces dans les cœurs des Togolais.

En février 2018, l’Archevêque émérite de Lomé avait déjà appelé Faure Gnassingbé à quitter le pouvoir en 2020.