Anastase Shyaka, Chef de la délégation

Le Togo se cherche toujours pour réconcilier les Togolais entre eux. Marche difficile avec beaucoup de pesanteurs politiques. A Lomé, les responsables du Haut-Commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) accueillent leurs homologues du Rwanda pour apprendre d’eux.

L’une des recommandations essentielles formulées par la délégation du Rwanda à leurs pairs du Togo est de constituer une véritable armée nationale sans distinction d’ethnie dans sa marche pour la réconciliation.  « Le Rwanda est y arrivé grâce au changement de mentalité de la population vis-à-vis de l’armée, celle-ci a joué un rôle fort et a su gagner la confiance de la population », a dit Prof. Anastase Shyaka, chef de la délégation.

Au Togo, la Commission Vérité Justice et réconciliation (CVJR) a bouclé son rapport et remis ses recommandations au Chef de l’État, le 03 Avril 2012. Depuis lors, aucune action visible concrète n’est menée pour la réconciliation. Le HCRRUN a été mis en place pour poursuivre les travaux mais, ça semble piétiner, mieux, trainer. Le Haut-Commissariat n’aura bénéficié que d’un peu plus d’1 milliard de Francs Cfa pour l’indemnisation.

Cette réforme de l’armée fait partie des recommandations formulées par la CVJR. « Le recrutement de nouveaux militaires devrait se faire avec la plus grande transparence, dans toutes les cinq régions du pays, sur des critères bien définis, sans privilégier telle ou telle ethnie ».

Les experts rwandais devraient échanger avec leurs homologues du Togo sur les réformes et gouvernance. Le Rwanda, faudra-t-il le rappeler, a sauté les verrous de la limitation de mandat. Un sujet épineux et controversé au Togo.