Nana Akufo Addo et Faure Gnassingbé

Les acteurs politiques togolais devront reprendre bientôt les pourparlers politiques pour donner une nouvelle chance au dialogue. C’est du moins ce que la rédaction de Africa rendez-vous a obtenu de sources proches du dossier.

Selon les indiscrétions, des échanges directes devraient reprendre dans les prochains jours à Accra en présence du président Ghanéen, Dankwaa Nana Akufo Addo, facilitateur dans la crise togolaise. Les deux parties notamment la Coalition des 14 partis de l’opposition et le parti au pouvoir et, probablement, le gouvernement seront reçus dans la capitale ghanéenne.

Si aucune date concrète n’est encore avancée, des sources dignes de foi avancent que ces pourparlers devront avoir lieu avant le sommet ordinaire de la CEDEAO à Abuja au Nigéria annoncé pour Juin 2018.

A ce sommet, des propositionsquoi que  non imposables devront être faites par la Facilitation, pour faire sortir le pays de l’impasse.

Faure Gnassingbé, président du Togo et président en exercice de la CEDEAO n’a pas permis aux États membres, non seulement d’avoir clairement et vertement des prises de position. La présidence de l’Organisation au prochain sommet s’annonce très délicate pour Muhammadu Buhari et le cas Togo comme une patate chaude si non, l’une des crises politiques urgentes de la région ouest-africaine.

A Lomé, des langues se délient sur l’issue de ce sommet où des activistes proches de l’opposition parlent d’une transition comme l’une des recommandations de la facilitation ghanéenne avec un responsable de l’opposition pour la conduire jusqu’aux élections.