Il sonnait 15h GMT quand nous fîmes l’entrée au siège du GF2D (groupe de réflexion Femmes démocratie et développement) au quartier Hedzranawoé. Nous avons rendez-vous avec la Coordinatrice Epiphanie Houmey épouse Eklu-Koevanu. Elle, visiblement, nous attendait. A peine sommes-nous annoncés au secrétariat qu’elle donna les consignes qu’on nous fasse entrer.

Dans un bureau plus ou moins spacieux, Phanie comme l’appellent ses collaborateurs, après les salutations et le débriefing, nous lancent tout de go que parler de soi est difficile mais va tout de même tenter de faire l’effort et nous rappelle sa citation préférée, celle de Sénèque « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ».

Ces mots de Sénèque résument si bien la rage de réussite de la directrice exécutive du GF2D – CRIFF (Centre de recherches, d’informations et de formations pour la femme du Groupe de réflexion, femme démocratie et développement). Défenseur des droits humains en général et des droits des femmes et des jeunes filles en particulier, cette mère de deux enfants croit aux valeurs d’égalité, de dignité, de justice et de paix.

« Seule » avec Johanna mais éducation avec « brio »

Ses expériences de petite fille l’ont conduite très tôt à la chorale « Saints Innocents » de la paroisse « Saints Martyrs de l’Uganda » de Tokoin Séminaire, un terrain sur lequel elle s’est initiée à l’exercice de la responsabilité en groupe et d’un leadership à toute épreuve. Epiphanie, mieux, Phanie comme l’appellent les intimes, a été accompagnée par l’image d’une mère qui savait s’oublier pour donner le meilleur à ses enfants.

Phanie sur les bancs d'école (à gauche)
Phanie sur les bancs d’école (à gauche)

Cette femme est son modèle, celle qui malgré d’être analphabète a été une enseignante  avisée pour sa fille à l’école de la vie. Nourrie de ce lait à la source de Ayoko Yohana, sa mère, elle avance sur les vagues de la vie, désormais armée des principes d’excellence et du travail bien fait.

Orpheline de père à huit (8) ans, elle a eu un excellent parcours aux primaires et aux secondaires. Petite mais déjà très soucieuse du bien d’autrui, avec un groupe d’amis au collège, elle a organisé des cours d’appui et de soutien pour d’autres jeunes en difficultés scolaires. Ayant le goût du travail bien fait elle était très appréciée par le corps professoral.

Déjà à 12 ans, elle a présidé un comité d’organisation de cours de vacances gratuit dans son quartier.

Avec dans son escarcelle, une maitrise en Droit des affaires à l’Université de Lomé, elle s’envole pour Dakar, où elle a effectué son troisième cycle à l’Université Cheikh Anta Diop et y termine avec un DEA (Diplôme d’études approfondies) en droit des affaires privées général avec une mention « Assez bien ».

« Déjà dès les cours primaires, j’ai toujours rêvé devenir une femme qui transmet la connaissance à d’autres personnes … C’est pour ça que j’ai entamé ma carrière professionnelle avec l’Université », confie-t-elle et d’ajouter « J’ai une grande passion, celle d’enseigner ».

Dès son retour à Lomé, elle a assumé des travaux dirigés à la faculté de Droit de l’Université de Lomé et à celle des Sciences Juridiques et Politiques de l’université de Kara qui célèbre en 2014, ses dix ans d’existence. « … Donc vous comprenez que nous sommes les premiers enseignants chercheures qui avons commencé avec l’université de Kara », nous lance-t-elle dans des espaces de rires…

Phanie 2Phanie est également souvent sollicitée pour des cours et des séminaires au Centre de formation bancaire. « J’ai également fait partie de l’équipe qui a rédigé le projet de renforcement de capacités, initié par la banque mondial en direction de banquiers et des professionnels d’autres secteurs », se réjouit-elle.

Elle a aussi dirigé le troisième cycle d’ELATSA (Ecole africaine de Technologie et des sciences appliquées). Jusqu’en 2014, elle a conservé un cours à l’université de Lomé où elle enseigne le droit du travail.

Au-delà de ces postes, Epiphanie Houmey a assuré plusieurs consultations et évaluations juridiques pour des organisations tant régionales qu’internationales, notamment dans le cadre de l’Union Interparlementaire de Genève, de la BIDC et le Bureau international du travail (B.I.T.). Elle a été une actrice de premier plan pour la réalisation du projet de renforcement de capacités initié par la Banque Mondiale en direction des banquiers.

L’engagement en faveur de la femme et de la jeune fille

2008, la juriste d’affaires démarre sa carrière au GF2D. Du coup, c’est le cursus universitaire qui va recevoir un coup. Tout d’abord comme responsable  des services juridiques du CRIFF (Centre de recherches, de formations et d’Informations pour la femme) du GF2D. Après trois années d’un travail bien fait dans cette structure de défense des droits des femmes, Madame Eklu-Koevanu a très vite su gagner la confiance de l’équipe, ce qui lui a permis d’être recrutée au poste de coordinatrice, après un appel à candidatures.

Entourée d’une équipe de jeunes dynamiques, elle mène coordonne en tout, quatre (4) programmes notamment celui des services juridiques, le programme d’éducation civique, le programme socio-économique et le programme des jeunes. Phanie est animée d’une passion, le droit des filles et des femmes. Son travail est le défi de notre temps, permettre aux filles et aux femmes d’avancer malgré les tares d’une société patriarcale, qui malgré les mutations, reste accrochée à des stéréotypes. Avec ses jeunes collaborateurs, elle met en œuvre des programmes dans le compte du GF2D.

Epiphanie Houmey avec le Directeur de la VAC Togo
Epiphanie Houmey avec le Directeur de la VAC Togo

Avec son équipe, elle a fait sienne le combat de protection de la santé maternelle, néonatale et infantile. La semaine de la jeune fille a été initiée afin de mieux inculquer les valeurs de leadership dans les jeunes filles. Elle n’en est pas restée là, régulièrement, avec l’appui de certains partenaires, des actes de nationalité sont établis pour des femmes des coins et recoins les plus reculés du Togo. Elle s’investit également beaucoup pour la protection de la maternité au travail (Convention 183).

Son engagement lui a valu beaucoup de reconnaissances. La dernière en date remonte à sa nommination par la VAC Togo comme Ambassadrice Vlisco.

Le  grand  rêve …

L’avenir d’Epiphanie se conjugue au « futur optimiste ». Des projets pleins la tête, elle vise le sommet et veut bien oser. Elle veut être au service de sa communauté en général, et des femmes et filles en particulier.

Le mérite des grands hommes et femmes de notre époque est de cibler les problèmes et de découvrir des solutions appropriées. Pour ces êtres, chaque situation difficile est une occasion pour progresser. Epiphanie est l’une de ses femmes qui veut graver son nom en lettre d’or, au panthéon de ces femmes togolaises.

Elle dit avoir comme rêve, l’érection d’un centre spécialisé de formation et de promotion des femmes et des filles dans des domaines spécifiques tels que le leadership, pour permettre à ces dernières d’assumer de leur leadership aussi bien à la maison que dans leur vie professionnelle.

Phanie Houmey_ Africa Rdv 2Face aux défis de carrière, certaines femmes sont face à un dilemme : s’occuper de sa famille ou exercer son métier afin de réaliser ses rêves. Pour Epiphanie, on peut facilement concilier vie familiale et professionnelle.

Aux jeunes filles, elle dit qu’il est impérieux d’être organisées tant à la maison que sur le plan professionnel, avoir un projet de carrière professionnelle, une idée claire sur le nombre d’enfant qu’elle peut faire tout en évoluant professionnellement. Elle n’a cessé de marteler : « La femme doit communiquer suffisamment avec son mari sur la gestion de la maison en général et sur leur vie de couple ». Aussi rappelle-t-elle qu’il est important de renforcer la lutte contre les violences tel le harcèlement en direction des jeunes filles.

Aux parents, elle soutient que les jeunes filles ne doivent pas seulement être préparées à une vie familiale. « Il faut que dès les bas âge, on amène les enfants filles comme garçons à rêver leur vie de demain. Et à l’université il faut davantage de conditions d’accompagnements pour favoriser les jeunes filles ». Phanie elle-même, mère de deux (2) adorables garçons.

Phanie Houmey_Africa rendez-vousEpiphanie Houmey a bien des femmes modèles. Elle rappelle qu’en premier, c’est sa mère Johana (pour sa rigueur), la Mère Thérésa (pour son dévouement à sa communauté), Rita Amendah Mensah (pour son humilité extraordinaire et franchise admirable), Kafui Adjamagbo-Johnson (conceptrice du GF2D mais pour sa détermination en faveur de la femme), Tchamdja Kpatcha ( serviable, effacée mais très efficace sur les questions de femmes). Au plan international aussi, elle en a. Michelle Obama (qui connait la valeur de la famille) et Ellen Johnson Sirleaf (pour avoir montré le chemin de femme battante).

Epiphanie HOUMEY, épouse Eklu-Koevanu est une étoile qu’admirent de nombreuses jeunes filles togolaises. Consciente de cette responsabilité, les yeux fixés vers demain, elle veut permettre à la femme de remplir de manière efficace ses rôles à l’ère de l’économie du savoir.