Lucile Imboua, représentante de l’OMS au Togo,

Des personnes ressources en matière de contrôle de frontière des pays de l’organisation du Corridor Abidjan-Lagos (OCAL), notamment le Nigéria, le Bénin, le Ghana, la Côte d’Ivoire et bien évidemment du Togo sont en réunion à Lomé depuis le 16 Août 2017. Et ce, pendant deux jours encore. Ils devront se partager des données relatives à la surveillance intégrée des maladies et de la riposte (SIMR).

Cette réunion qui fait suite à celle de 2016 se veut une véritable opportunité pour travailler à renforcer la préparation et la riposte aux épidémies et aux crises sanitaires.

« Il est illusoire de penser qu’on est prêt, qu’on est préparé pour une épidémie ou un évènement sanitaire quelconque et tous les efforts sont compromis en cas de manque de système de surveillance robuste et fonctionnel », a fait noter la représentante de l’OMS au Togo, Lucile Imboua.

Elle a rappelé que le système de surveillance épidémiologique sert deux objectifs principaux en l’occurrence la mesure du fardeau des maladies et la détection précoce d’évènements de santé publique qui exige une investigation et une réponse rapide.

Sur ce point, les participants conviennent qu’au niveau sous régional, il est bon de se rencontrer et partager les expériences des uns et des autres. « C’est dommage que la Sierra Leone ait consenti des efforts économiques durables pendant quatre (4) ans. Malheureusement, en six mois, ils ont tout perdu. Nous ne voulons pas que le scénario de 2014 avec Ebola dans des pays comme la Sierra Leone ou encore le Libéria », a confié le Secrétaire exécutif du Corridor Abidjan-Lagos, Koné Idrissa.

Koné Idrissa, secrétaire exécutif du Corridor Abidjan-Lagos

Il n’a pas manqué de souligner que la rencontre de Lomé se tient sous le leadership du Chef de l’Etat togolais Faure Essozimna Gnassingbé qui avait été désigné de coordonner les actions de lutte contre l’épidémie à virus Ebola. « Le Togo est un exemple à tout point de vue en termes de facilitation ou de surveillance », a-t-il fait observer.