Le 12 mars 2019, Lomé annonçait vouloir sévir contre les actes indélicats et inciviques. Moins de 48h après, l’acte à la parole, des églises sont fermées pour des raisons de “salubrité publique”.

Les textes sont désormais formels, les églises qui vont engendrer la nuisance sonore dans les quartiers seront “strictement” sanctionnées, si non, fermées. Elles seront contraintes de verser entre 10.000 F CFA, environ 15 Euro et 50.000 F CFA, environ 76 Euro; chaque fois qu’elles seront signalées et les recoupements avérés.

Ce montant est fixé par un arrêté validé par la direction de l’hygiène et de l’assainissement de base.

La disposition ne concerne pas que les églises mais, les conducteurs de voitures ou motos roulant sans pot d’échappement dans les artères des agglomérations, les gérants de moulins et ceux qui jouent la musique à haut décibel, « portant atteinte à la santé et à la tranquillité des populations ».

A Lomé la capitale et dans ses banlieues, une dizaine d’église en ont déjà fait les frais et sont même fermées.