Fred Oladeindé, président du forum de la société civile

L’un des impacts directs du forum relatif à la Loi sur la croissance et les opportunités de développement entre les Etats-Unis et l’Afrique est la création d’emplois. La société civile s’en félicite et y voit une belle aubaine pour lutter contre l’immigration clandestine.

” Il est important de créer de l’emploi sur le continent car l’Afrique a besoin de 20 millions nouveaux emplois chaque année”, a indiqué Fred Oladeindé, président du forum de la société civile. L’homme estime que la loi américaine peut aider le continent noir à créer certains de ces emplois. “Recourir à AGOA est une opportunité à saisir pour créer de l’emploi et éviter l’immigration clandestine de la jeunesse africaine”, a-t-il déclaré au micro d’Africa rendez-vous.

La société civile africaine estime que la loi AGOA est un bon fleuron à saisir pour lutter contre le chômage, améliorer la vie des populations et s’inscrire dans le développement durable.

Même si le forum referme ses portes ce 10 Août à Lomé, l’après forum devra permettre de créer substantiellement des emplois si les pays africains arrivent à se doter de bonnes stratégies jusqu’en 2025. Pendant 8 ans, le continent devra utiliser cette forme de partenariat pour décourager des candidats à la recherche de l’Eldorado en tenant la traversée de la méditerranée avec tous les périls que cela comporte.

Comme chaque année, le but du forum AGOA est d’échanger et d’apporter des contributions à l’amélioration des échanges commerciaux entre les États-Unis et les pays d’Afrique subsaharienne.

Devra-t-on le rappeler, la 16ème qui se tient à Lomé est placée sous le thème « Les États-Unis et l’Afrique : partenariat pour la Prospérité à travers le commerce ».