Dr Isaac Munyakazi, ministre de l'enseignement primaire et secondaire du Rwanda

Dr Isaac Munyakazi est le ministre délégué, chargé de l’enseignement primaire et secondaire au Rwanda. Au Salon de l’innovation dans l’éducation en Afrique, à Gaborone au Botwana, il a laissé entendre que le Rwanda a pris une décision pour pouvoir se développer, celle de ne plus entre autre, laisser le choix aux donateurs de leur imposer le secteur à financer.

“Au Rwanda, nous misons beaucoup sur le capital humain dans l’éducation. Les enseignants sont bien au cœur. Et, chaque enseignant a un ordinateur portatif”, a déclaré le ministre à la tribune de Gaborone.

Interrogé sur la source de financement alors que la plupart des gouvernements africains arguent ne pas disposer de ressources pour l’éducation, Dr Isaac Munyakazi n’est pas allé avec des détours.

D’abord, je dois vous dire que tout est une question de volonté politique. Malgré le fait que nous clamons être pauvres, nous devons avoir des priorités. Nous avons décidé de mettre les technologies  en avant, il y a du sacrifice à faire et c’est ce que nous faisons“, a dit le ministre Munyakazi.

L’autre point, selon les explication du ministre de l’enseignement primaire et secondaire du Rwanda, le pays ne laisse plus les donateurs ou partenaires en développement dicter leur loi.

Ceux qui acceptent nous financer au Rwanda, ne nous dictent plus le secteur où doit aller le financement. Nous savons qui nous sommes, d’où nous venons, où nous allons et surtout nos priorités“, a martelé Dr Isaac Munyakazi.

Il reconnait que c’est parfois délicat mais, c’est un choix du Rwanda depuis que le pays a tourné le dos au conflit. “C’est tout cela qui fait du Rwanda, le pays que nous sommes et nous a amené au niveau où nous sommes actuellement“, a-t-il mentionné.

Sylvio Combey, à Gaborone