Chaque année, 100 millions de personnes sombrent dans la pauvreté car elles doivent payer elles-mêmes les médicaments. Ces chiffres émanent de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cela repose avec acuité la question de transparence des coûts de recherche et développement ainsi que de la production de médicaments. Le sujet n’est toujours pas épuisé et est reposé au cours d’une rencontre à Johannesburg en Afrique du Sud.

De l’avis des experts, le manque de transparence sur les prix payés par les gouvernements signifiait que de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire payaient des prix plus élevés pour certains médicaments que les pays plus riches.

Un rapport commandé par l’OMS en 2017 a montré que le coût de production de la plupart des médicaments figurant sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS ne représentait qu’une petite fraction du prix final payé par les gouvernements, les patients ou les régimes d’assurance.

Une piste est évoquée, si plusieurs pays de la même région achètent des médicaments en bloc, ils peuvent négocier des prix réduits en raison du volume plus important de médicaments achetés.