Aristide Agbossoumonde_Directeur général de MIFA

La phase technique du projet d’appui au mécanisme incitatif du financement agricole fondé sur des risques (proMIFA) est lancée. Cela a été fait au cours d’un atelier qui se tient du 3 au 6 février 2020 à Lomé.

Ce lancement vise à présenter le projet à l’ensemble des acteurs directement impliqués dans la mise en œuvre du projet. Il devra permettre aussi de renforcer les capacités de ces parties prenantes sur les procédures du Fond international de développement agricole (FIDA) en matière de gestion des projets.

Suite à cet atelier, les initiateurs de ce projet comptent procéder au démarrage immédiat des activités.

Selon le directeur pays du FIDA pour le Benin, le Mali et le Togo, Jean Pascal Kabore, une équipe de projet est déjà en place et le premier décaissement pour la réalisation de ce projet a été effectué. Et donc, il ne reste qu’à aller sur le terrain pour rencontrer les bénéficiaires.

Ainsi, pour faire bénéficier ce projet à tous ceux qui sont intéressés, une campagne d’information, de communication et de sensibilisation à l’endroit du grand public va être organisée. Ceci, pour les informer suffisamment sur l’offre du service du proMIFA et du MIFA. « C’est alors sur la base de cette campagne que les acteurs intéressés devront s’adresser au mécanisme mise en place sur le terrain pour faire part de leur préoccupation qui va se transformer en financement pour le développement », a indiqué M. Kabore.

Le proMIFA est un mécanisme mis en place par le gouvernement togolais pour faciliter l’accès des producteurs de petites et moyennes entreprises aux ressources financières pour la mise en œuvre des actions de développement et également pour l’employabilité en milieu rural. Cela va également leur permettre de faire face aux différents risques et chocs qui interviennent au moment de la mise en œuvre des actions surtout dans le domaine agricole.

Il se décompose essentiellement en deux phases. Une première étendue sur 2 ans va servir à tester le mécanisme pour ensuite le mettre en œuvre, ce qui constitue la seconde phase.

C’est un projet qui a une durée de 6 ans et est financé à hauteur de plus de 20 milliards de francs CFA dont les 10% soit plus de 2 milliards de francs CFA proviennent du gouvernement togolais.

Notons qu’à l’issue de l’atelier, les participants devront formuler des recommandations et propositions pertinentes pour le succès de la mise en œuvre du proMIFA.