La Côte d’Ivoire a lancé une nouvelle méthode  pour surveiller ses vastes installations électriques. C’est par l’utilisation de drones  par la compagnie nationale d’électricité (CIE), filiale du groupe franco-africain Eranove qui a ouvert une école de drones à Abidjan.

Nous avons actuellement environ 25 000 km de lignes à haute tension, nous avons beaucoup de problèmes avec la végétation, nous devons donc la contrôler tout le temps et c’est très difficile parce que c’est très répandu dans tout le pays. Donc, au niveau de la végétation, au niveau de l’équipement, nous utiliserons une sorte d’intelligence artificielle qui analysera automatiquement les images pour détecter tous les défauts imaginables, un verrou rouillé, un câble brisé“, explique Benjamin Mathon, entraîneur à l’académie.

L’objectif est de former une vingtaine de pilotes locaux pour inspecter ses lignes électriques pour ses abonnés ivoiriens et les exportations d’énergie vers les pays voisins tels que; Ghana, Togo, Bénin, Burkina Faso, Mali et Libéria.

La Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE) utilise des drones pour révolutionner l’inspection de son infrastructure

“Les drones nous permettront d’inspecter nos structures, d’assurer leur sécurité de manière beaucoup plus fine qu’auparavant et d’optimiser également nos coûts de surveillance et d’inspection. C’est très important pour nous mais aussi l’école s’ouvrira au monde extérieur car nous travaillons pour nous-mêmes mais nous pensons aux autres », a déclaré Dominique Kakou, directeur général de la  CIE.

Les drones sont équipés de capteurs de caméras et de lasers thermiques qui collectent des données que le logiciel d’intelligence artificielle analyse automatiquement pour détecter toute anomalie. Les stagiaires apprennent non seulement comment assembler, voler et réparer les drones, mais apprennent également de nombreux logiciels pour l’analyse des données d’image, la géolocalisation et la cartographie.

L’avantage de l’école des drones est qu’elle est ouverte à toutes les entreprises de la région de l’Afrique de l’Ouest, y compris celles des secteurs de l’agro-industrie et des mines.

La Côte d’Ivoire a lourdement investi dans la reconstruction de son réseau électrique depuis la fin de la guerre civile en 2011 et les autorités prévoient d’investir 16 milliards d’euros supplémentaires dans le secteur d’ici 2030.

Voltic Togo