Emmanuel Owusu, co fondateur de "Famerline" _ Photo: Elisabetta Demartis et Mikaila Issa

“Famerline”, le nom ne fait pas encore tabac dans le monde numérique mais il promet faire tabac. Au Ghana, c’est le nom d’une appli qui promet révolutionner le marché du cacao.

2013, Alloysius Attah et Emmanuel Owusu Addai, deux jeunes geeks ghanéens, ont eu cette ingénieuse idée de créer Farmerline, la première start-up sociale de technologie fournissant des services de messagerie vocale en dialectes locaux aux agriculteurs ayant un faible niveau d’alphabétisation. L’information est rapportée par Elisabetta Demartis et Mikaila Issa qui étaient partis à la source.

Les services technologiques mobiles de Farmerline sont assurés par Mergdata, un produit qui offre à la fois un service de messagerie dans les langues locales et un flux d’informations et d’enquêtes personnalisées pour portable à destination de tous les acteurs du monde agricole. « La messagerie vocale est le meilleur choix pour envoyer du contenu vivant aux petits cultivateurs illettrés puisqu’ils n’ont qu’à écouter le message dans leur langue locale », explique Emmanuel, co-fondateur et responsable technique et stratégique du produit chez Farmerline et d’ajouter « Nous leur fournissons les informations nécessaires: où le fermier peut-il obtenir l’engrais, comment peuvent-ils connaître la configuration de leur exploitation, obtenir les éléments de gestion indispensable, ou encore où peuvent-ils aller chercher de l’aide ».

A en croire Alloysoius, l’un des deux co-fondateurs, Famerline permet aux agriculteurs de négocier aux meilleurs prix avec les acheteurs et de choisir le meilleur moment pour la mise sur le marché de leurs récoltes.

Les deux jeunes ghanéens vont plus loin. Grâce à leur application mobile, les agriculteurs analphabètes peuvent recevoir sur n’importe quel type de téléphone, et sans connaissance technique particulière, leurs messages texte SMS ou vocaux dans leur propre dialecte.

Cette communication les aide à prendre des décisions critiques en temps réel et à obtenir ainsi de meilleurs résultats à un moindre coût. « Les SMS pour des alertes de prix, des mises à jour météorologiques, la disponibilité des approvisionnements, ou encore des liaisons avec un réseau de distributeurs ne sont efficaces que si les destinataires peuvent les lire », poursuit Alloysious.

L’appli est en train de révolutionner le marché du cacao. 4 ans seulement après son opérationnalisation, la technologie mobile Farmerline atteint aujourd’hui plus de 500 000 petits producteurs dans cinq pays africains : le Sierra Leone, le Cameroun, le Kenya, l’Ouganda et le Ghana.

Au Ghana, l’activité agricole contribue à 22% au PIB du pays et emploie 42% de la main d’œuvre nationale.

Voltic Togo