Toofan, le duo Barabas et Masta Just

Le ministère togolais de la culture veut apporter des innovations dans le secteur de la culture à partir de l’année 2020. A cet effet, l’attribution du fonds d’aide à la culture et la répartition des droits d’auteur aux artistes seront faits sur des critères bien définis.

« Ceux qui ne produisent plus des œuvres depuis 20 ans, et qui pensent toucher des salaires jusqu’à la fin de leur vie, il faut qu’ils se détrompent. A partir de 2020, ceux qui ne produiront  rien, n’auront rien », a martelé le ministre Kossivi Egbetonyo le 10 décembre 2019, lors d’une rencontre avec les acteurs dudit secteur à Lomé.

« Depuis 2013, l’Etat débourse 300 millions par an pour appuyer les artistes. Des choses ont été faites jusqu’à ce jour mais on peut encore faire mieux . C’est pour cela que nous pensons qu’il est nécessaire de repenser le fonctionnement et l’usage même du fond », a déclaré  Kossi Egbetonyo, ministre de la culture et des loisirs

La distribution de ces fonds sera fait à partir d’un logiciel qui applique des formules mathématiques afin de donner plus de satisfaction et d’objectivité aux artistes.

« Si les gens pensent que le Butodra c’est leur employeur qui doit leur verser des salaires mensuels, c’est faux. Ce qui est distribué aux artistes, c’est la collette des redevances de l’usage par les tiers de leur œuvre », a-t-il souligné

Selon lui, les artistes dont les œuvres n’ont pas fait objet d’un quelconque usage, ne doivent pas s’attendre à un paiement de la part du Butodra.

Source: Tnews