Lomé pourra enfin ratifier la Convention de Malabo. Les députés togolais ont autorisé le 29 juin 2021, le gouvernement à ratifier la Convention de l’Union Africaine sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel.

Pour Lomé, ce “go ahead” du parlement va permettre d’assurer une coopération efficace et efficiente en matière de cybersécurité, de lutte contre la cybercriminalité et de protection des données à caractère personnel.

« Le développement continu des TIC vers des services et des applications plus sophistiqués, même s’il facilite les échanges, ouvre aussi la voie aux infractions commises contre des systèmes informatiques ou à travers leur utilisation. Ces infractions dépassent le cadre des frontières étatiques, et une coopération des Etats à l’échelle régionale s’impose pour y faire face. Nous saluons à cet égard l’adoption de la loi autorisant la ratification de la Convention de Malabo », a dit Cina Lawson, la ministre togolaise de l’économie numérique.

La ratification de la Convention de Malabo va permettre au Togo de bénéficier de la coopération avec d’autres Etats de l’Union Africaine dans la lutte efficace contre la cybercriminalité et en ce qui concerne la protection des données à caractère personnel.

Elle vient couronner les efforts consentis par le gouvernement pour la protection du cyberespace togolais par la mise en place de l’Agence nationale de la cybersécurité (ANCy) et la création de la société Cyber Défense Africa (CDA)“, peut-on lire dans un communiqué du Ministère de l’économie numérique.

La Convention de Malabo a été adopté en Guinée Equatoriale le 27 juin 2014.

Avant le Togo, 8 pays africains ont déjà ratifié la Convention de Malabo. Il s’agit de l’Angola, du Ghana, de la Guinée Conakry, du Mozambique, du Namibie, du Rwanda, du Sénégal et de l’Ile Maurice.

Voltic Togo