Les ressources minières ont un impact positif dans le recul de la pauvreté dans les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA). C’est une étude récente de la Banque centrale des états de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) qui le révèle.

L’étude réalisée par Komi Améganvi, Cadre à la Direction des études et de la recherche de la BCEAO et intitulée “Impacts économiques du développement du secteur minier dans l’UEMOA“, indique que le secteur minier contribue à la réduction de la pauvreté.

« Une hausse de 1% du secteur minier entraîne, en moyenne, un recul de 0,09% de la pauvreté », fait noter l’étude. Ce qui suppose qu’une bonne gestion des ressources minières stimule la croissance.

La BCEAO précise qu’en dehors des productions relativement mineures de diamant en Côte d’Ivoire, de calcaire au Sénégal ou encore de manganèse au Togo, les mines de l’UEMOA produisent et exportent de manière active quatre principales ressources : l’or, le pétrole, les phosphates et l’uranium.

Notons que parmi les secteurs qui drainent la croissance au sein de l’union figure l’agriculture, la manufacture et les BTP.