L’annonce faite par le président américain Barack Obama pour une meilleure électrification de l’Afrique subsaharienne se précise. L’administrateur adjoint de l’USAID pour l’Afrique Earl Gast, rest revenu jeudi 13 Mars 2014, sur la question à travers une téléconférence.

L’ambition, elle est grande. Le président américain veut à l’horizon 2018 aider à doter l’Afrique subsaharienne à compenser ses besoins énergétiques. Le projet baptisé « Power Africa Initiative » a été lancé par Barack Obama en juin 2013, lors de sa tournée en Afrique.

« Power Africa Initiative » devra en fait permettre de doubler l’accès des populations à l’électricité. Il s’agit d’apporter 10 000 mégawatts d’électricité supplémentaires, et connecter de facto, 20 millions de foyers et d’entreprises.

La cible c’est bien entendu l’Afrique subsaharienne mais seulement l’Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Liberia, le Nigeria et la Tanzanie. Le Togo est donc « out ». Selon la Maison blanche, l’accent est mis sur ces pays parce que très affectés par des coupures d’électricité fréquentes, mais ont des “objectifs ambitieux” en matière de production d’électricité. Il s’agit d’un investissement privé à hauteur de 9 milliards de dollars.

La Banque africaine de développement (BAD) est déjà sur le « starting point » pour accompagner le projet. Sur les cinq dernières années, l’institution panafricaine a notamment engagé 1,63 milliard de dollars pour financer des projets énergétiques dans les six pays bénéficiaires.

L’Afrique subsaharienne compte plus de 600 millions d’habitants mais, deux pays sur trois n’ont pas une source d’électricité satisfaisante ; plus de 85% des habitants des zones rurales n’y ont pas accès.

Voltic Togo