Immeuble abritant le ministère de l'économie et des finances

Le Togo est cité parmi les pays où les flux financiers illicites sont bien remarquables. Les données sont produites dans un rapport dont Africa rendez-vous a obtenu copie. Il est présenté par Global Financial Integrity, une organisation non gouvernementale à Washington aux Etats-Unis.

A en croire les chercheurs de Global Integrity, les flux financiers illicites liés au commerce au Togo sont très élevés. Ceci, sur la période de 2008 à 2017. Et dans les 135 pays où le phénomène est très remarquable, le Togo est cité. Il est de 30,2% en comparaison avec le Produit intérieur brut (PIB).

Le rapport dit s’appesantir sur la fausse facturation commerciale ou les aspects du commerce lié aux flux financiers illicites.

La fausse facturation, expliquent les experts, se produit lorsque les importateurs et les exportateurs falsifient délibérément les prix indiqués sur les factures de marchandises pour transférer de la valeur à travers les frontières internationales, éluder les droits de douane et / ou les impôts, blanchir l’argent, contourner les contrôles de capitaux, et cacher les profits à l’étranger.

A en croire ces Américains, le Togo fait partie des pays en voie de développement dont l’écart de valeur est le plus élevé en pourcentage de leurs échanges bilatéraux totaux avec les 36 économies développées au cours de la période des dix dernières années.

Et, les estimations sur l’écart de valeur qui en résultent, précise Global Integrity, sont le résultat d’une analyse rigoureuse et fournissent un ordre de grandeur du défi de la fausse facturation commerciale de chaque pays, reflétant les degrés de fausse facturation commerciale qui se produisent dans le commerce international.

En 2015, plus de 50 milliards de dollars US sont perdus par le continent africain du fait des flux financiers illicites.