Le richissime homme d’affaires nigérian Aliko Dangote est aussi cité dans les “Panama Papers”. Selon «Le Monde Afrique», le milliardaire est l’un des actionnaires de la société pétrolière Ovlas Trading SA enregistrée en 2003 par Mossack Fonseca aux îles Vierges britanniques et dirigée par son neveu, Sayyu Dantata.

Selon les informations de ce journal, les deux hommes sont actionnaires de cette société au capital d’un million de dollars. En 2011, Ovlas SA change de nom pour devenir Petrowest SA et de juridiction pour s’établir aux Seychelles, selon les « Panama papers ».

A se fier aux révélations, Aliko Dangote a également été actionnaire de Petrowest, une filiale du groupe MRS, dirigé par M. Dantata et M. Alberti, dont l’activité s’étend à toute l’Afrique de l’Ouest et au Cameroun.

Devra-t-on le rappeler, la fortune de l’homme est estimée en 2016 à 17 milliards de dollars par Forbes et avait été d’ailleurs classé parmi les personnalités les plus puissantes du monde.

Le journal “Le Monde” et 108 autres rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont eu accès à une masse d’informations inédites qui jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux. Les 11,5 millions de fichiers proviennent des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015.

Les « Panama papers » révèlent qu’outre des milliers d’anonymes de nombreux chefs d’État, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs.

Aliko Dangote se retrouve ainsi dans les mailles des “Panama Papers”.

Voltic Togo