La 15ème Foire internationale de Lomé (FIL) suit son court au Centre togolais des expositions et foires de Lomé (CETEF). Sur le site, on remarque une folle ambiance chez les tenanciers de bars et mini restaurants situés derrière les pavillons Oti et Agou, mais aussi sur la partie septentrionale du site. Ces exposants occupent des dizaines de stands, ce qui pourrait représenter le 1/5 voire le 1/4 de l’aire consacrée aux expositions.

Eux aussi semblent se plaindre de la mévente pendant que d’autres aimeraient être à leur place. “Même s’il n’ y a pas d’engouement comme l’année passée, on essaie de tirer notre épingle du jeu“, confie Stan, qui fait des brochettes sur le site.

Les serveurs et serveuses réservent un accueil chaleureux et particulier aux clients et sont prêts à aller même les chercher à une centaine de mètres de leurs bars.

L’objectif de ces exposants particuliers est non seulement de faire des affaires pour pouvoir récupérer la somme investie dans l’achat de leur stand et autres dépenses connexes mais aussi d’en tirer des bénéfices. “Nous avons acquis le stand à 350 mille FCFA. Moi j’ai deux serveuses que je dois payer à la fin de la foire, donc il y a de quoi bouger pour des chiffres d’affaires“, a laissé entendre un responsable de bar, sans rentrer dans les détails des dépenses.

C’est la même réflexion pour Nora Topou, gérante du stand Fire Business center spécialisé en cuisine africaine et européenne. “Le but de notre venue ici à la foire est de vendre afin de pouvoir capitaliser la somme nécessaire utilisée pour l’achat de notre stand et en tirer bénéfices“, a-t-elle confié à Africa rendez-vous.

Sur l’aire réservée à la restauration, on peut y déguster des mets locaux comme koliko, akpan, atchèkè, de la friture, ayimolou, la pâte, du fufu, mais aussi des spécialités européennes comme des pâtes alimentaire, de la salade, des frites et du poulet ou poisson braisé. Les brochettes et autres grillades ne sont pas du reste.

Ces tenanciers de débits de boissons et restaurants ne se soucient pas de leur nombre jugé pléthorique par les visiteurs. “Du fait que nous sommes nombreux à vendre le même produit sur un même espace, ne nous gêne pas“, a dit Roland Misseboukpo, gérant du bar la rotonde de la foire.

N’a-t-on pas dit la foire de toutes les opportunités? A chacun de mettre en œuvre sa stratégie commerciale pour pouvoir tirer son épingle du jeu.

Voltic Togo