Ivory Coast's President Alassane Ouattara salutes from his car during military honors on the occasion of the celebration of the 58th anniversary of Ivory Coast's independence, on August 7, 2018 in Abidjan. / AFP / SIA KAMBOU

L’annonce de la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) en Côte d’Ivoire par le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) est vivement saluée. L’opposition et certaines organisations de la société civile ont félicité le président ivoirien Alassane Ouattara, pour ce pas décisif..

ADO a sollicité le gouvernement de réexaminer la composition de la commission. Il dit espérer également que les élections du 13 octobre et de la présidentielle 2020 soient «inclusives et sans cruauté» .

A Abidjan, on s’en félicite. La ligue formée par l’opposition et la société civile se réjouissent du message du chef de l’Etat. « Il faut une commission électorale crédible pour des élections crédibles et  des élections crédibles sont le gage d’une véritable réconciliation nationale », a fait noter Georges Ouégnin, membre de l’opposition et président de l’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS).

De même, le Groupe de plaidoyer et d’actions pour une transparence électorale (GPATE), un réseau d’organisations de la société civile ivoirienne, a estimé dans un communiqué que la réforme de la CEI va contribuer à faire « baisser la tension entre les acteurs politiques et marque la volonté du chef de l’Etat de continuer à édifier un Etat de droit en Côte d’ Ivoire ».