Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, s’est adressé aux parlementaires ce 19 juillet 2018 à Kinshasa, comme annoncé, sans pour autant combler des attentes. Les Congolais disent être restés sur leur soif, après ce discours de Kabila, qualifié de fleuve par certains internautes, sans pour autant se prononcer sur son avenir politique.

Joseph Kabila était sensé donner sa position sur la présidentielle du 23 décembre 2018. Ce que voulaient savoir les Congolais est que si Kabila briguerait un troisième mandat ou non.

Après avoir défendu son bilan, pour les 17 années passées à la tête de la RDC, Joseph Kabila s’est engagé à respecter la Constitution de son pays. “Notre engagement à respecter la Constitution demeure lui non-équivoque. Il s’agit pour nous d’abord d’honorer notre lutte“, a indiqué le président congolais.

Il s’est, par ailleurs, insurgé contre ce qu’il qualifie d’ingérence extérieure dans le processus électoral en cours dans le pays. “La RDC n’a jamais donné de leçons à personne et n’est nullement disposée à en recevoir“, a déclaré Joseph Kabila.

Ce ne sont ni les accusations gratuites et infondées, ni les pressions et menaces inconsidérées, des sanctions arbitraires et injustes qui nous détournerons de la voie que nous nous sommes tracées nous mêmes, volontairement et librement“, a-t-il dit, soutenant que le cap des troisièmes consultations électorales fixé au 23 décembre prochain reste donc maintenu.

Pour finir,  ​M. Kabila a annoncé que les élections en RDC seront désormais financées sur fonds propres du pays.

Déjà l’opposition de la RDC a fait savoir qu’elle n’irait pas aux élections si Kabila est candidat à sa propre succession.

Voltic Togo