Gerry Taama, président du NET

« Si le cadre électoral est assaini et les reformes constitutionnelles faites, nous irons aux élections », c’est ce qu’a laissé entendre le président du Nouvel engagement togolais (NET), Gerry Taama, au cours d’une conférence de presse ce 02 juillet à Lomé. La première rencontre faite, de retour d’une tournée européenne mouvementée.

En rapport avec le délai de novembre 2018, proposé par les facilitateurs de la crise togolaise, le NET estime que les réformes constitutionnelles et l’amélioration du cadre électoral peuvent s’opérer dans des délais raisonnables permettant la tenue des élections au cours de l’année 2018.

“Il faut faire vite car le temps presse”, a indiqué M. Taama. Pour le premier responsable du NET, il urge que les acteurs politiques togolais aient la confiance de se parler et de prendre des décisions courageuses pour le pays, au risque de se voir imposer des recommandations de la CEDEAO, qui ne seront  satisfaisantes pour aucune des parties, encore moins au peuple togolais.

Au cours de cette sortie médiatique, Gerry Taama a salué l’évolution constante de la position de la coalition des 14 partis de l’opposition, qui, selon lui, a abandonné l’exigence du retour à la constitution de 92 dans sa version originelle, pour se concentrer sur 5 points essentiels, auxquels viennent s’ajouter les 26 propositions de modification constitutionnelle.

Cette sortie médiatique de Gerry Taama est la première, de retour d’une tournée européenne dite d’affaires mais au cours de laquelle des échanges avec des Togolais ont tourné au vinaigre.

Voltic Togo