La coalition des 14 partis de l’opposition appelle à boycotter de nouveau la prorogation du recensement concédé par le gouvernement togolais, suite aux discussions dans la capitale guinéenne avec le facilitateur Alpha Condé. La C14 a organisé ce 13 novembre 2018, une conférence de presse, pour se prononcer sur la “session de rattrapage” du recensement électoral prévu du 16 au 18 novembre.

La C14 exige une reprise pure et simple du processus électoral, estimant que la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) n’a pas totalement pris en compte ses demandes. “Nous n’accepterons pas que la CEDEAO nous mène à l’abattoir. Nous serons dans les rues. S’ils nous appellent, nous irons écouter et nous retournerons ensuite dans la rue“, a indiqué Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la C14. Sur la participation de cette frange de l’opposition togolaise aux échéances électorale en vue, la réponse est claire. “La C14 n’ira pas aux élections législatives que le régime prépare dans des conditions anormales“, a-t-elle affirmé.

Par ailleurs, ce regroupement politique accuse aussi le gouvernement togolais de violation de la feuille de route de la CEDEAO.

Pour rappel, les togolais sont appelés aux urnes le 20 décembre prochain pour élire leurs représentants au parlement. Le recensement électoral du 1er au 25 octobre dernier, a été boycotté par la C14, dénonçant une composition inégale de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Le 8 représentants de la coalition nommés par l’assemblée nationale attendent de prêter serment devant la cour constitutionnelle pour intégrer CENI.

Voltic Togo