Du 19 au 22 juillet 2018 se tient sur toute l’étendue du territoire togolais, la semaine de la santé de l’enfant. 4 jours réservés pour vacciner, déparasiter et donner de la vitamine A aux enfants de moins de 5 ans.

Ces journées de la santé de l’enfant permettent de délivrer des services préventifs et promotionnels pour la suivie du couple mère-enfant, soutient le ministère de la santé. L’une des méthodes les plus efficaces pour protéger un enfant contre des maladies, est la vaccination, rappellent les agents de le santé.

Selon Mawuli Klohoun, Assistant d’hygiène d’état au centre médico-social de Bè-Gbényédji, « un enfant qui ne se fait pas vacciner court plusieurs risques comme des retards de croissance mentale, ou encore la paralysie», en faisant allusion à la Poliomyélite.

Un enfant vacciné est  suffisamment fort pour lutter contre les maladies, a affirmé l’Assistant Klohoun. Par contraire, un enfant non vacciné est vulnérable et peut tomber facilement malade. Parce que son organisme n’est pas tellement mature pour lutter contre les agressions extérieures. Cet enfant peut développer des maladies graves et même mourir facilement. A-t-il ajouté.

Les agents de santé saisissent l’occasion pour sensibiliser les mères sur les bons comportements, notamment la détention d’un carnet de santé de l’enfant. “Pour traiter un enfant il faut consulter son carnet de santé, et prendre connaissance des vaccins qu’il a eu à prendre“, a expliqué Daniel Adonti, Infirmier d’état. Il a martelé que le carnet de santé aide le personnel soignant à éliminer certains diagnostics et orienter le traitement.

Il faut ajouter qu’au Togo le Programme élargie de vaccination (PEV), fait vacciner systématiquement les enfants de 0 à 11 mois contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, la fièvre jaune, l’hépatite, la rougeole, le méningocoque et le pneumocoque.

Voltic Togo