Ige Olatokumbo, Directrice UNREC _ 14 Mars 2016 à Lomé

Les attentats terroristes deviennent de plus en plus récurrents en Afrique subsaharienne. Quelques heures seulement après celui de la Côte d’Ivoire, des experts du Sahel se retrouvent à Lomé pour travailler pour une meilleure sécurité physique et gestion des stocks dans la région.

Des pays de la région tells le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria ou encore le Tchad semblent être dans le viseur, tant le risque d’attaque terroriste reste encore bien élevé. Et, nombreux sont ces experts qui redoutent l’utilisation des stocks gouvernementaux pillés en Libye et au Mali par des acteurs armés non-étatiques, en l’occurrence les groupes terroristes. Ces derniers, selon des études,  sont impliqués dans le commerce illicite des armes légères et de petits calibres (ALPC) et de leurs munitions.

Lomé, qui abrite le Centre régional des Nations Unies pour le désarmement en Afrique (UNREC) accueille des experts de ces six pays pour travailler à la sécurité et la stabilité dans la région par la prévention du détournement des ALPC et munitions détenues par les gouvernements ainsi que leur trafic illicite.

Cette rencontre de deux (2) jours, ouverte le 14 mars 2016 veut permettre aux participants de créer une plateforme de discussion pour la coopération régionale et faciliter le partage d’informations et une forte collaboration pour contrer la menace terroriste.