Les Etats de l’AFrique de l’ouest se montrent très engagés dans la criminalité organisée. Une réunion de haut niveau s’est tenue à Abidjan en République de la Côte d’Ivoire à cet effet. Les bailleurs de fonds ont réaffirmé leur soutien.

Pour les Etats membres de la CEDEAO, il est bien urgent de se souder les coudes pour booter hors des frontières la criminialité transfrontalière organisée. « Il est impératif pour nous de collaborer afin de maintenir la pression sur les réseaux criminels qui exploitent la vulnérabilité de notre région, » a indiqué Kadré Désiré Ouédraogo, le Président de la Commission de la CEDEAO. « Les pays d’Afrique ne peuvent porter seuls le fardeau de la lutte contre les organisations criminelles qui sont parfois mieux armées financièrement et logistiquement que les institutions chargées de les combattre. Le principe de responsabilité partagée trouve ici tout son sens », a ajouté Said Djinnit,  Représentant Spécial du Secrétaire-Général.

L’engagement a reçu un coup d’accéléarteur avec les bailleurs de fonds qui réaffirment leur soutien. A Abidjan,ils ont éaffirmé leur soutien à la mise en œuvre du Plan d’Action Régional de la CEDEAO ainsi que de l’Initiative pour la Côte Ouest-Africaine (WACI). “Ils ont également confirmé leur volonté de soutenir les programmes de l’ONUDC dans le cadre de la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel et de la Stratégie inter-régionale de lutte contre la piraterie et la criminalité en mer développée conjointement par la CEDEAO, la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) et la Commission du Golfe de Guinée (CGG)“, peut-on lire dans un docuent dont la rédaction d’AFrica rendez-vous a obtenu copie.

L’Afrique de l’Ouest est devenu une plaque tournante de trafic de cocaïne entre l’Amérique Latine et l’Europe. Depuis plus récemment, la zone est aussi devenue un pôle de production de métamphétamines et de consommation croissante de drogues. 

« Il est impératif pour nous de collaborer afin de maintenir la pression sur les réseaux criminels qui exploitent la vulnérabilité de notre région, » a indiqué M. Kadré Désiré Ouédraogo, le Président de la Commission de la CEDEAO.

Voltic Togo