La République centrafricaine n’est pas épargné par la pandémie du nouveau coronavirus Covid19. Le Togolais Yao  Marc Agbetsè, expert indépendant de l’ONU, appelle à un cessez-le feu car dit-il, la République Centrafricaine court vers une catastrophe sanitaire certaine si les hostilités ne cessent pas dès maintenant.

En RCA, 8 personnes sont testées positives au Covid-19. Mais, le pays est en crise et la situation risque d’aggraver la chaine de propagation de la pandémie. C’est la crainte de l’expert onusien qui appelle à un cessez-le feu.

J’appelle à un arrêt immédiat des attaques des groupes armés pour créer un environnement propice à une mobilisation nationale plus forte contre le COVID-19.  Toutes les énergies du pays doivent être canalisées vers la lutte collective engagée contre la pandémie“, a lancé Yao Marc Agbetsè

M. Agbetsè a enjoint les groupes armés à “cesser immédiatement toute attaque contre les populations civiles, les agents de l’Etat et les soldats de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations Unies en RCA (MINUSCA)”. Il appelle à lever toute entrave aux opérations humanitaires.

Il a exhorté le gouvernement à poursuivre la mise en œuvre de ses engagements pris au titre de l’Accord de paix de février 2019 et à accélérer la mise en œuvre des mécanismes de justice transitionnelle. “Le Gouvernement doit restaurer l’autorité de l’Etat, notamment par le redéploiement des services et agents de santé dans les zones encore sous contrôle des groupes armés”, a martelé M. Agbetsè.

Le 6 février à Bangui, le gouvernement et les groupes armés centrafricains ont signé l’”accord politique pour la paix et la réconciliation“. Ce document de 43 pages demande entre autres, la dissolution intégrale des groupes armés sur toute l’étendue du territoire national ». Les 14 groupes armés qui contrôlent 80% du territoire et combattent pour le contrôle des immenses ressources de la Centrafrique se sont engagé à « participer pleinement » au processus DDR de désarmement et à « bannir toute velléité d’accession ou de conservation du pouvoir par la force ».

Voltic Togo